Dernière vague pour le big wave rider Brock Little

Le big wave rider hawaïen Brock Little décède à l’âge de 48 ans à la suite d’un cancer. C’est un grand waterman qui disparaît. Il s’était fait connaître lors du premier Eddie Aikau 1985 en étant avec Aaron Napoleon, un des plus jeunes invités à la compétition de Waimea, en ayant même pas 18 ans. A partir de là, Brock Little a été un de principaux fer de lance d’un renouveau du big surf à Hawaii et dans le monde. Son talent de big wave rider s’exprima à Waimea, mais aussi à Todos Santos et Maverick. Puis ce fut lors de l’Eddie Aikau 1990, marqué par une très belle houle et énorme houle et un vent off short très fort, que Brock Little inscrivit son empreinte légendaire dans le big surf. En s’élançant sur ce qui fut considéré alors comme la plus grosse vague jamais surfée, puis en sortant un tube quelques minutes plus tard, Brock Little fut le héros du jour, même si, au total des points, il dut concéder la victoire à Keone Downing.

Outre sa vaillance à Waimea, Brock Little  fut longtemps un des meilleurs surfers de Backdoor avec une technique du tube irréprochable. Elégant dans son surf, l’Hawaïen a toujours porté haut les valeurs simples et authentiques du surf. Lifeguard, pompier et cascadeur pour le cinéma, ce grand surfer, fauché soudainement par la maladie, laisse la communauté surf dans la tristesse et dans l’admiration.

Brock Little lors de sa vague légendaire, considérée alors comme la plus grosse jamais surfée, pendant l'Eddie Aikau 1990. (Extrait de L'homme et la vague, photos S. Cazenave)

Brock Little (1967-2016)  lors de sa vague légendaire, considérée alors comme la plus grosse jamais surfée, pendant l’Eddie Aikau 1990. (Extrait de L’homme et la vague, photos S. Cazenave)

 

A propos

Surfer’s Journal offre tous les deux mois une source incontournable de plaisir de lecture et de découvertes. Une revue qu’on conserve et collectionne.

 

Recevez notre lettre d'information
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.