Remi Bertoche investit le blockhaus de Soustons

Quand il a une idée en tête, Rémi Bertoche, n’hésite pas. Depuis deux, trois ans, la vie d’artiste de Bertoche a pris une dimension internationale assez folle pour le surfer roots landais qu’il est (et qu’il demeure plus que jamais), ses toiles ayant été achetées par le Prince Albert, Tiger Woods, Lenny Kravitz, Johnny Wilkinson… sans compter le roi du Bahrein. Ayant rencontré aux Emirats un propriétaire de galerie qui flasha sur ses peintures dûment expressives de la gestuelle sportive et de la beauté de l’océan, Bertoche est passé de la tournée des surfshops (qu’il fit des années durant) à la tournée des grands ducs. Pour autant le surfer-artiste entend ne pas perdre ses racines, et ce printemps voyant le blockhaus de Vieux-Boucau vraiment mal tagué, il proposa à la mairie d’y faire bénévolement une fresque, à condition que la réponse, oui ou non, soit rapide. La municipalité accepta l’offre, d’autant que le coût du matériel, somme toute assez élevé, fut finalement pris en charge par des partenaires (Pébéo, Posca, magasin Dumartheray à Soustons). L’artiste œuvra sur les quatre faces du blockhaus pendant une semaine, de l’aube au soir, invitant même les enfants de l’école du village à y mettre aussi leurs couleurs, histoire aussi que cela représente quelque chose pour eux, en grandissant. Le salpêtre des façades n’a pas rendu la tâche facile, mais au final ce bâtiment rappelant une des plus sombres périodes de l’histoire de l’humanité prend les couleurs d’un monde à venir qui ne peut qu’être soucieux de sa nature. Message simple mais avec des couleurs qui pètent et l’énergie chaleureuse d’un Rémi qui n’a pas son pareil. Pour suivre le travail de Rémi, voir son site : www.bertoche.com

bloc-toit-bis

A propos

Surfer’s Journal offre tous les deux mois une source incontournable de plaisir de lecture et de découvertes. Une revue qu’on conserve et collectionne.

 

Recevez notre lettre d'information
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.